J'ai une demi-heure à tuer. Me voilà promue au rang d'assasin professionnel.Tueuse à gages, plutôt. Autant que cela me rapporte quelque chose. Je suis vénale.

Comment vais-je procéder ? Rapidement, histoire d'archiver vite fait ce mauvais souvenir ? Ou lentement, pour en vivre avec intensité chaque instant ? Déguster la précision d'un geste, fantasmer le glissement des secondes qui s'égrennent en silence, mesurer chaque pas à l'aune du suivant...

J'hésite. Est-ce que ça crie, une tranche de temps ? Est-ce que ça saigne quand on l'entame ? J'ai la peur au ventre, soudain. Je ne suis pas un monstre, que diable ! Et si je l'endormais avec un tampon imbibé d'éther ? Elle passerait dans l'au-delà sur un souffle d'oubli. Et sans me faire souffrir.

A force de tergiverser, je la vois détaler devant moi. Elle a même une bonne longueur d'avance, maintenant. Elle tortille son arrière-temps comme pour me narguer. Dégonflée ! me goguenarde-t-elle. Comme si c'était aussi simple !

Mais pourquoi ai-je eu cette subite envie de meurtre ? Je suis une personne si sensible, si délicate qu'un simple frisson me déchire. Peut-être devrais-je faire l'autruche et me rouler en boule dans un trou en attendant que ça passe.

De toute façon, il est déjà trop tard. Mon regard n'accroche plus rien vers l'horizon. Ma demi-heure s'est fait la malle avec mes états d'âme. Et j'ai bien l'intention d'en faire autant.