bal

Face à cet empilement de boîtes à lettres, une question me taraude. Que cache la large fente d'un noir profond et angoissant à droite ? Alors que les autres se calfeutrent derrière leurs sages rabats pivotants et leurs serrures closes, celle-ci est béante, comme affamée, un monstre jamais rassasié. On y glisserait un bras sans y faire attention, qu'on en ressortirait manchot le temps d'un claquement sec et définitif.

Qui habite derrière ce pan de mur instable ? Quels cauchemars s'y terrent de peur de se sublimer au grand jour ? Quel être aux pouvoirs étranges a-t-il choisi de se morfondre dans l'ombre moisie des fissures du temps ? Quel que soit l'occupant des lieux, il erre sans nom, sans étiquette pour le raccrocher aux vivants de la rue.

Peut-être n'est-ce qu'un leurre... Peut-être que toutes les boîtes lui appartiennent, une pour chacune de ses personnalités dispersées, et qu'il les surveille jalousement par cette meurtrière inversée. Un rai de lumière bien dirigé permettrait sans doute de capter la fugitive lueur de son regard avide espionnant les passants inconscients de son existence.

Ou alors... Une urne secrète pour amoureux transis. Une poste restante pour les oubliés de passage. Une bouteille à la mer en plein centre ville. Un endroit frais pour se rafraîchir les mains en période de canicule. Une niche avec un livre en braille. Un distributeur de gâteaux surprises. Une tirelire pour pièces de monnaie géantes. Un trait de peinture noire en trompe-l'oeil. Un coffre-fort désencastré. Une caverne à murmures.

Mais sans doute n'est-ce qu'une ouverture de hasard, un oubli d'architecte ou l'espoir secret qu'un beau jour, un grand chat plat aux fines pattes d'araignée franchira d'un bond agile cette chatière géante ?