desert-2774945_640

Vous ai-je déjà parlé d'Avirod, la cité claire aux rivages dentelés ?

Vous ai-je déjà conté les aubes miraculeuses venant baigner ses tuiles d'ocres subtils ? Vous auriez perdu vos mots face aux premiers rayons du soleil, léchant les toits aux pentes douces tournées vers l'Orient avec une timidité de vierge effarouchée avant de leur asséner leur morsure brûlante !

Non, je ne crois pas vous en avoir parlé. J'en aurais conservé la trace, comme à chaque fois qu'elle se rappelle à mon souvenir, à l'insistante manière de l'enfant impatient qui tapote inlassablement la main de sa mère pour attirer son attention.

J'ai vécu des passions si ardentes à l'ombre de ses murs ! J'ai goûté la sueur mêlée de sable quand, ma main dans celle d'un amant, je m'amusais à courir nue dans la nuit câline et ambrée, enfilant les ruelles les unes après les autres sans peur du lendemain. J'ai glissé dans le sang de la révolte lors de sordides manifestations aux revendications ausssi louches que les regards de leurs protagonistes. Je me suis enivrée sans retenue au cul des tonneaux distillant l'armoise. J'ai éparpillé mes sens sur des sols terreux me tatouant le corps de toutes les poussières du monde. Et sans cesse revenait l'amour, le petit, avec ses va-et-vient ordinaires et la valse des partenaires qui mettait mon corps en vrac et me faisait tourner la tête...

Rien de cela ne peut s'oublier. Le coeur ne se dérobe pas aux offrandes d'un corps, même avili. Et l'âge venant, je regarde mon passé dissolu avec la condescendance d'une vieille femme qui pardonne à ses enfants toutes les avanies qu'ils lui ont fait subir. Je me surprends parfois à m'émouvoir encore sur les tortures mentales dont j'étais la proie. Dégoût, nausée, migraines épouvantables succédaient immanquablement aux orgies dont j'étais l'apôtre. Il m'en reste comme un goût amer, une douce mélancolie qui me rappelle que j'étais vivante, à l'époque.

Avirod... Vous ai-je dit que j'y avais été heureuse ?

 

NB : j'ai écrit ce texte il y a quelques années, je l'ai relooké un peu, après être tombée dessus en furetant de page en page... Ces pages que j'ai occultées un jour, et que je redécouvre avec joie parfois. Et puis ça permet de terminer l'année avec un peu de soleil ! Bonnes fêtes à vous !