L'autre jour, mes papilles sont allées se promener du côté de chez Bleck. Un retour d'Espagne à la sauce François-Régis Gaudry. Subitement, l'envie de goûter ce délice de poudre d'amande mêlée d'oranges confites au vin doux s'est faite insupportable. Mais il manquait une chose à la recette de l'ami Bleck. Du visuel. Du concret. De l'image à gogo, dans le genre food porn extrême. 

Munie des ingrédients et de mon portable, j'ai donc officié, risquant à tout moment de faire tomber le produit high tech dans les récipients remplis de farine, sucre, levure, huile d'olive, Porto, etc, etc... La recette exhaustive ici.

Déjà, le procédé nécessite d'anticiper, un vilain mot que j'ai du mal à m'appliquer personnellement. En effet, il faut mixer les oranges bio-bien-lavées-et-tout-et-tout avec l'huile d'olive la veillle. Un sursaut de mémoire tardif vers 23h30 m'a permis de valider cette étape dans les temps. Ouf ! Mea culpa pour ceux qui dormaient déjà...

thumbnail

 

Le lendemain, les choses sérieuses commencent. Déjà, je constate que le saladier choisi est trop petit (j'aurais dû écouter Célestine qui a fait 2 gâteaux avec la recette...). Pas grave, j'ai un grand bac à vaisselle. Il faut quand même dire que mes oranges étaient de belle taille, et que dans mon enthousiasme, j'ai mixé les 4 d'un coup alors que j'aurais dû en garder une pour la déco finale... Quand on aime... Je plaide coupable. Je ne lis jamais les recettes jusqu'au bout avant de les exécuter, ce qui me vaut parfois d'aller en urgence acheter l'ingrédient mystère à la supérette du coin un dimanche matin...

Et hop, on mélange tout le bazar.

thumbnail (2)

Au début, ça ressemble à ça.

thumbnail (4)

Et avec un peu de persévérance à l'huile de coude, on obtient cela.

thumbnail (3)

Me méfiant de la taille de mon moule à manqué, trop petit en apparence, j'opte pour le moule à tarte à bords hauts, largeur 27 cm, ainsi que le montre mon étalon maison.

thumbnail (6)

 

 

Je transvase après avoir protégé le fond par un papier cuisson. Je suis définitivement fâchée avec le beurrage/chemisage à la farine... Et puis la clef n'est sans doute pas un modèle de propreté, et j'ai la flemme de nettoyer le plat.

thumbnail (7)

 

C'est parti pour 1 h de cuisson.thumbnail (8)

 

Bon, finalement, je rallonge un peu...thumbnail (9)La précision n'est pas la vertu cardinale de la cuisine !

Pendant que le four me réchauffe l'atmosphère, je prépare les oranges confites. Là, on attaque le grand art. Enfin, théoriquement. Parce que mon couteau a beau être affûté, mes découpes sont approximatives. Comme quoi dans les bouquins de cuisine, il doit y avoir pas mal de déchets avant d'obtenir un rondelle d'orange parfaite, ronde, avec tout ce qu'il faut où il faut. Et sans se couper, parce que c'est le WE et j'ai autre chose à faire que d'aller me faire ficeler une plaie aux urgences. 

thumbnail (10)

thumbnail (15)

Comme je n'assume pas mes demi-rondelles, on constatera que je les ai bien cachées en dessous de celles qui sont potables.

Pour le sirop, j'ai doublé les doses, et j'ai eu raison, vu ce qui en est resté en fin de compte...

thumbnail (16)

thumbnail (17)

thumbnail (18)

 

C'est beau, hein ? On ne s'en lasserait pas ! Je teste le mode "photo nourriture", it's so sexy !

Ding ding ding ! Après quelques ouvertures/fermetures du four pour larder le gâteau de coups de couteau, c'est enfin prêt. Et ça sent rudement bon !

thumbnail (13)

Pour mémoire... Une grosse fève, peut-être ?

thumbnail (14)

 

Et comme c'est bientôt Noël, et que je me suis tué le dos en achetant un sapin trois fois trop haut samedi matin, je fais une petite mise en situation de saison !

thumbnail (19)

Et une petite dernière pour la route, afin de conclure ce non-tuto sans recette...

thumbnail (22)

Bon appétit, les amis !