sculpture-2196139_960_720

Eh, toi ! Oui, toi, là, en face de moi !

Qu'est-ce que tu as à me regarder comme ça ? Je t'ai fait quelque chose ? Si c'est le cas, désolée de ne pas m'excuser. Elle est trop drôle, ta bobine. On dirait que ton fer à repasser est tombé en rade, dis ! T'es toute froissée en dedans. Moi, des faux plis comme ça, je dis que ça cache forcément quelque chose.

Et ces cernes... On dirait que tu t'es frotté les yeux avec du charbon. Remarque, ça fait une jolie cible pour que je te fusille du regard ! En plein dans le mille ! T'aurais pu y mettre de la couleur, quand même. Un peu de rouge, de bleu et de jaune. Un dégradé d'hématome, peut-être. Je blague. T'as pas une tête à faire de la boxe. Je me contenterai du monochrome, va !

Attention, ne t'approche pas de moi aussi près, ça te fait des gros yeux pas nets. Je vois le bord de tes cils et je n'aime pas les yeux poilus. On dirait une toile d'araignée destructurée, ça fait flipper. Un peu comme tes cheveux. On sent que la brosse est un vieux souvenir de la veille. Au moins.

C'est marrant, j'aimerais te voir de profil, mais je n'y arrive pas. Tu me fais trop face, toi. Quelle impertinence ! Tu pourrais baisser le regard, effrontée ! Je l'aime pas trop, ta tête. Elle me rappelle vaguement quelque chose que j'aimerais oublier. Et puis, je ne t'ai pas cherchée, moi. Je ne t'ai que trouvée. Là, en face de moi. Comme tous les jours.

Dans le miroir.