campagne JNA

 

J'ai à la maison une ado dotée du kit complet livré clé en main. Une dose de rebelle attitude, une meute de copines, un portable greffé dans la main, un bracelet arc-en-ciel vissé à demeure au poignet, des posters de ses idoles accrochés à la patafix sur les murs de sa chambre (oui, on a négocié ferme, les punaises n'ont eu qu'à aller se rhabiller). Et surtout l'absence totale de reconnaissance de l'individu parental, ce colocataire obligatoire de la maison, ayant pour principales fonctions la préparation des repas et le ménage. Le parent est également pourvu d'un organe vocal produisant des sons vaguement intelligibles ne nécessitant la plupart du temps aucune réponse.

Ladite ado a un instinct de chasseuse. Connectée en permanence avec sa meute via les réseaux sociaux type Instagram, elle déniche en un quart de seconde la date du prochain concert de son groupe de rapeurs favoris. La métamorphose qui en résulte ne laisse aucune chance à sa proie. Sourire enjoleur à l'appui, elle met la table, débarrasse le lave-vaisselle et s'approche du sujet parental pour lui faire un câlin qui le surprend et le laisse pantois. Avec un soupir d'aise, elle se love dans ses bras en souriant. Le géniteur n'ose bouger de peur de briser l'instant. Il y croit, le pauvre ! C'en est fait de lui !

" Mon petit papa, tu sais quoi ? BigFlo et Oli, ils ont 9 dates de concert..."

C'est important, les points de suspension, à l'oral. On peut y mettre tout un monde. Sauf le père, déjà perdu.

" Ah oui ? Et alors ?"

Mon dieu... Le cerveau en motte de beurre un jour de canicule. Je le plains, en riant sous cape, trop contente de n'avoir pas été choisie pour cible cette fois.

" Ben ils seront à Nantes le 26 janvier... Les places seront en vente demain."

Il percute enfin. J'ai beau intervenir et souligner qu'elle les a déjà vus à l'oeuvre, elle est en train de se la jouer Kaa en hypnotisant son père. Je ne suis qu'une nuisance sonore, un inconvénient mineur dont on peut oublier la présence. Je contre-attaque.

" Pense à tes oreilles ! Tu vas devenir sourde avec le bruit ! Si jamais papa accepte, tu devras mettre des bouchons d'oreille..."

Oui, je sais, c'est assez minable comme argument. Louable, préventif, mais totalement hors-sujet pour la miss qui lève évidemment les yeux au ciel.

" Maman !!"

J'ai décidé de croire au Père Noël, et le lendemain, je lui amène une brochure de prévention sur les nuisances sonores. Certaine qu'elle va me la jeter à la tête, je suis très étonnée quand je la vois lire la première, puis la seconde page. Je m'approche, et je constate que la plaquette propose une interview des chanteuses du groupe LEJ (Lucie, Elisa et Juliette), que je connais vaguement. Je mesure alors l'impact que peuvent avoir ces idoles aimées par les gamins, ici très positif.

Cela nous a permis de négocier le dispositif adéquat, en l'occurence les bouchons de mousse. Le fait que les stars en utilisent rend l'acceptation possible. Du moins en théorie. Je suis lucide. Une fois les places achetées, la protection de l'audition ne vaudra plus un pet de chèvre face au look déplorable que cela donnera...